19ème siècle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

19ème siècle

Message  Admin le Mar 25 Jan - 13:22

19ème siècle
Contexte sociaux- politique (France)
Période postrévolutionnaire, petit à petit va s’installer une république constitutionnelle et laïc.
Une nouvelle législation en matière scolaire : l’enseignement est obligatoire, gratuit et laïc.
Montée des revendications nationalistes, lutte pour l’indépendance, unification, autonomie du pays.
1815 : défaite de Napoléon, les frontières sont replacées au congrès de Vienne +/- telles qu’elles étaient avant.
Le 19ème est marqué par la révolution industrielle (invention de la machine à vapeur en Angleterre), mécanisation progressive, diminution des manufactures.
Développement du capitalisme, les patrons s’enrichissent et les pauvres le restent (pauvres).
Prise de conscience au sein du prolétariat ouvrier, début des premiers mouvements socialistes (POB en Belgique).
Les gens lisent de plus en plus la presse quotidienne, et vont découvrir les romans feuilletons, un morceau de roman par parution.
Le 19ème est le siècle des romans : romantismes, naturalisme, réalisme, surréalisme,…
Ex : Baudelaire, Balzac, Verlaine,…
La diffusion progressive des idées de Rousseau (au sujet de l’enfant).
L’enfant commence à être reconnu, on prend conscience qu’il a des besoins particuliers.
La littérature jeunesse va se diversifier, augmentation de la production. La demande est importante.
Dans le domaine des contes, il y a un retour aux contes traditionnels et populaires.
Les frères Grimm Jacob (1785-1863) et Wilhelm (1786-1859)
Ils rassemblent des contes qui existent dans la tradition orale et les couches sur papiers. Ils veulent mettre à l’honneur leur folklore (Allemagne). Ils intitulent leur œuvre : contes pour les enfants et le foyer (1822-1823). Écrit pour les enfants et leurs parents.
Ils mettent un point d’honneur à rester le plus proche de la tradition orale mais au fil des rééditions les contes s’adoucissent.
La dernière édition (1857) comporte 200 contes ; ils indiquent pour chaque conte leurs sources.
Andersen, Hans Christian (1805-1875) au Danemark
Les spécialistes disent qu’il représente le mouvement nationaliste et le romantisme.
Il a eu une enfance malheureuse et ne se sent pas à l’aise dans le milieu des adultes, c’est pourquoi il s’intéresse aux contes de la tradition danoise.
Après plusieurs recueils de collecte, il va créer ses propres histoires à partir de 1843.
Il essaie d’utiliser un langage très simple et imager pour se faire comprendre des enfants.
Ex : - La petite sirène, La petite fille aux allumettes, La princesse au pois, Les souliers rouges, Le petit soldat de plomb, Le rossignol et l’empereur de Chine (plus difficile pour les enfants), Le vilain petit canard
Collodi pseudo de Carlo Lorenzini (1826-1890) en Italie
En toscane à Collodi (son village natal), il va participer à la lutte pour la réunification et l’indépendance de l’Italie.
A partir de 1875, il va adapter des contes déjà populaires.
En 1881, il va publier dans un journal des enfants une histoire appelée : histoire d’un pantin.
En 1883, il va publier l’histoire en entier : les aventures de Pinocchio.
Dans la version de base, il y a de nombreuses références du folklore toscan. Il parle du paysage et de la vie des paysans.
Livre destiner aux enfants mais il plaît également aux adultes.




J.F. Cooper pseudo de James Fenimore (1789-1851) en Angleterre.
Le dernier des mohicans (1826), roman d’aventure sur la découverte de contrées inconnues (Conquête de l’ouest).
A partir de là, les indiens auront leurs places dans la littérature européenne.
Rudolph Töpffer ou Toepffer (1799-1846) en Suisse.
Il va créer un album comique illustré qui préfigure la BD moderne en accompagnant chaque image par une phrase. « Les aventures de Mr Vieux-bois et autres contes » Différentes histoires paraissent entre 1827-1837.
Charles Nodier (1780-1844) en France
Contes touchants au fantastique surprenant pour l’époque (époque du romantisme littéraire). Il va inspirer plusieurs auteurs surréalistes.
→ Les 3 auteurs ont eu leurs heures de gloire mais ne sont plus éditer depuis longtemps.
Heinrich Hoffmann-Donner (1809-1894) en Allemagne
Il a écrit Pierre l’ébouriffé ou Crasse-Tignasse (1845), classique de la littérature jeunesse. Textes se lisant comme des poésies et illustré par l’auteur.
Hoffmann était médecin et il a écrit le livre pour les enfants qu’il soignait et pour son fils. Le livre a pour thème un enfant qui fait tout de travers et ça ne se fini pas toujours bien. Le livre n’est pas moralisateur.
Louis Desnoyers (1802-1868) en France.
Journaliste /romancier, il prend conscience que le public enfantin est un public différent des adultes et se dit que les enfants sont assez nombreux pour avoir leur littérature propre et spécifique.
En 1832, il va créer un journal pour les enfants appelé « Journal des enfants » périodique de divertissements. Il va écrire sous forme de feuilleton « Les aventures de Jean-Paul choppart » nom très commun pour les enfants puissent s’y identifier. Petit garçon pas très sage, fugueur a qui il arrive des aventures. L’auteur modifie son personnage et son texte en fonction des réactions des enfants (courrier qu’il recevait). Après la parution sous forme d’épisode, il parait sous forme de roman qui aura beaucoup de succès et sera rééditer plusieurs fois et améliorer à chaque édition. La dernière édition a été faite par Hetzel.
Pierre-Jules Hetzel (1814-1886)
Ecrivain, homme politique et éditeur. Son nom d’écrivain était Pierre-Jules Stahl.
C’était un éditeur qui s’intéressait à la littérature jeunesse et son but était d’éveiller l’esprit critique des enfants. Il a un grand sens pédagogique. Il va s’adresser à de grands écrivains de l’époque et leur demande d’écrire de petits textes pour les enfants (Nodier, Musset, Balzac, …) et demander à d’autres écrivains de faire des adaptations (Dumas, Sande, …)
En 1864, il va créer un journal pour les enfants. Périodique de qualité, éducatif, récréatif et bien illustré (=> citation d’Hetzel)» Le magasin d’éducation et de récréation (nom de son journal) But : divertissement et vulgarisation scientifique.
Il rencontre Jules Vernes en exil politique qui deviendra son auteur fétiche.
Jules Verne (1828-1905) en France
Il avait déjà rencontré 15 éditeurs qui ne voulaient pas de ses écrits avant de rencontrer Hetzel, qui avait les mêmes idées que lui.
- Le tour du monde en 80 jours
- Voyage au centre de la terre
- 5 semaines en ballon
- De la terre à la lune,…
Toujours sur base de documentaire, ses livres étant des fictions n’en étaient pas moins éducatifs. Jules Verne est entre parenthèses à l’origine de la science-fiction. IL n’a jamais été reconnu comme un grand écrivain.
A la même époque Louis Hachette fait son apparition
Louis Hachette (1800-1864)
1826, librairie / maison d’édition.
En 1852, il va créer la « bibliothèque des chemins de fer » : édition et distribution pour vendre les livres dans les gares (la littérature de colportage avait été interdite). Il a le monopole des ventes. Entreprise commerciale mais grâce à ça, les gens ont accès à la littérature (C’est de là que viennent les romans de gare). Il fait éditer des livres pour les enfants et les adultes. La collection pour les enfants. « La bibliothèque rose contenu ouvrage neutre, sans avis politique, pas de polémique, pas contraire à la morale ave une orientation religieuse.
L’auteur fétiche de Louis Hachette → la comtesse de Ségur.
2 maisons d’éditions différentes (Hetzel et Hachette)
- Hachette veut faire de l’argent et donne au gens ce qu’ils veulent et il est toujours là actuellement.
- Hetzel recherche la littérature de qualité
!!!! La qualité ne paie pas !!!!


avatar
Admin
Admin

Messages : 18
Date d'inscription : 24/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://bibliologue.forumgratuit.be

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum